Acheter ou adopter un chien : comment choisir la race idéale et selon quels critères ?

Vous souhaitez adopter un chien, mais vous ne savez pas comment faire votre choix et sur quels critères vous baser ?

Choisir un compagnon qui va partager votre existence pendant plus d’une décennie est un engagement important, qui mérite d’être bien réfléchi.  Certains de mes clients, qui adorent pourtant leur chien, avouent regretter une adoption trop précipitée, sans s’être demandé si leur animal serait vraiment adapté à leur mode de vie. Et cela peut malheureusement finir par un abandon.

Pour éviter cela, voici quelques conseils à prendre en compte pour choisir VOTRE chien idéal.

1- CHOISIR UN CHIEN ADAPTE A VOTRE STYLE DE VIE ET CELUI DE VOTRE FAMILLE

Devenir propriétaire de chien : une responsabilité

Un chien a des besoins physiologiques, sociaux et affectifs. En tant que maître aimant et responsable, il sera de votre devoir de les prendre en compte et d’y répondre au mieux possible. Vous devrez donc y investir du temps et de la présence, surtout au début et si c’est un chiot.

Les besoins physiologiques

  •  manger, dormir, faire ses besoins, ne pas avoir froid ou trop chaud, être en bonne santé
  • être stimulé par les sens : renifler, courrier, explorer de nouveaux environnements, chercher des objets, gratter, mordiller …

Les besoins sociaux

  • rencontrer des congénères, communiquer et jouer avec
  • rencontrer d’autres espèces, et de nouveaux humains bien-sûr

Les besoins affectifs

  • les contacts physiques de son maître (caresses, papouilles)
  • partager des moments avec sa famille humaine : jouer, se promener, faire du sport ; et renforcer les liens de confiance

Chaque chien aura tel ou tel besoin plus ou moins développé en fonction de ses origines, de son caractère et de ses habitudes. Habitudes que vous allez plus ou moins renforcer grâce à l’éducation (ou la non éducation justement).

  

Accorder vos habitudes de vie avec votre futur compagnon

On ne peut bien-sûr pas en faire une règle générale, mais certaines races ont des caractéristiques qui leur sont propre, et qui peuvent se révéler assez contraignantes.

Quelques exemples concrets :

  • Si vous n’êtes pas un grand sportif,  éviter d’opter pour un chien qui adore dévorer les grand espaces (chien de chasse, huskies, lévrier….).
  • Si vous êtes âgé ou manquez de force dans les bras, attention aux chiens trop puissants comme les molosses ou les gros bergers. Cependant, des cours d’apprentissage de marche au pied et un harnais d’éducation pourront vous aider.
  • Si vous avez des enfants, choisissez un chien au caractère doux et pacifique, et qui ne représentera pas un danger par sa taille ou sa force : par exemple le labrador, le golden retriever, le bulldog, et même le terre-neuve (qui est très protecteur).
  • Si vous avez des voisins tatillons sur le bruit, ne prenez pas de races qui peuvent avoir un instinct de gardiennage très développé et en conséquence aboient beaucoup (comme les bergers). A moins de travailler au maximum la socialisation dès le plus jeune âge.
  • Vous êtes plutôt casanier ? Prenez un chien d’intérieur : chihuahua, cavalier king Charles, bouledogue français, … Mais cela ne vous dispensera pas de veiller à ce qu’il soit bien stimulé mentalement, si les longues ballades ne sont pas son fort.
  • Vous voulez un chien demandeur de rapport à l’homme, avec qui partager toutes vos activités ?  Un chien de berger sera parfait : border collie, malinois, berger allemand, berger blanc suisse, berger belge, beauceron, …
  • Si vous adorez jardiner mais que vous n’êtes pas prêt à clôturer pour protéger vos plantes, ne prenez pas un ratier : ils adorent creuser !

  

Attention, chaque chien est un individu différent ! Il existe des chiens dont la personnalité est aux antipodes des caractéristiques de leur race. On peut trouver des labradors peu gourmands, des malinois apathiques, des chiens de chasse pacifistes, des huskies casaniers …

Par ailleurs, si vous êtes très peu présent chez-vous, sachez qu’à la base, aucun chien n’est prédisposé à gérer la solitude. Vous devrez apprendre petit à petit à votre chien, et le plus tôt possible, à rester seul. Il existe des méthodes pour cela. Faites-appel à un éducateur canin pour obtenir des conseils adaptés.

    

2- CHOISIR UNE RACE QUI SOIT COMPATIBLE AVEC VOS ATTENTES DU CHIEN « IDÉAL »

Nous avons tous des attentes différentes envers nos animaux de compagnie. C’est ainsi que « votre » chien idéal ne sera pas forcément celui qui conviendra à votre conjoint, à votre famille ou a à votre voisin. Il sera sans doutes nécessaire de faire des compromis, tout au moins au sein de votre famille, car votre toutou devra pouvoir vivre en harmonie avec son environnement humain.

Pour vous aider à choisir une race adaptée, vous pouvez vous référer à la classification de la FCI (Fédération Cynologique Internationale) qui a créée 10 groupes différents, histoire de s’y retrouver parmi  les 330 races recensées à ce jour.


Voici les caractéristiques principales de chacun des 10 groupes :

Groupe 1 – Les chiens de berger

Incluant également les bouviers (excepté les bouviers suisse qui sont dans le Groupe 2), les chiens de berger sont sportifs, intelligents et protecteurs

Destinés à la garde  des troupeaux  sur de grands espaces, ils ont besoin de se dépenser tous les jours et ne supportent pas le confinement dans un espace trop réduit.

Groupe 2 – Les molosses

Ce sont des chiens allant du Pinscher (et oui !) et Schnauzer (molossoïdes) aux bouviers suisses et chiens de montagne. Pour ces derniers, inutile d’y penser si vous habitez un studio au 5ème  étage sans ascenseur !

Crées à l’origine pour le combat, ils sont courageux et têtus. Mais si vous êtes attentif à leur éducation, ce sont de véritables pâtes.

A noter que les Molossoïdes de petit format (Bouledogue français, Carlin, Boston Terrier) appartiennent au groupe 9.

Groupe 3 – Les terriers

Sélectionnés depuis l’antiquité pour leur capacité à déloger et tuer renard, blaireaux et autres animaux nuisibles, les terriers sont entêtés et peuvent être agressifs envers leurs congénères.

Mais ils s’avèrent être de joyeux lurons, affectueux au possible et affichant un petit air goguenard très craquant. Peu enclins aux maladies, ils ont une durée de vie plus grande que la moyenne.

Groupe 4 – Les teckels

Originaires d’Allemagne, long et cours sur pattes, les teckels étaient à l’origine destiné à la chasse aux blaireaux. De nos jours on les trouve principalement en ville, généralement en appartement où leur petite taille est bien adaptée.

Facile à vivre au quotidien, de caractère gai, souvent drôle, les teckels adorent le jeu et les enfants. Cependant  leur instinct de chasseur peut resurgir occasionnellement, surtout si vous les amenez se promener dans des zones giboyeuses.

Groupe 5 – Les chiens primitifs

Les huskies sont des chiens têtus et indépendants, mais très enrichissants à éduquer

Le chien de type primitif ou de type Spitz est brut de fonderie (il a subi très peu de sélection génétique de la part de l’homme) et il est doté d’un instinct plus fort que celui des autres chiens.

A noter que le Chien-Loup est classé dans la Groupe 1, celui des Chiens de berger. En effet le Chien-Loup est issu du croisement entre un Berger Allemand et un loup. Dans son classement, la FCI  a privilégié le côté berger, ce qui explique cela… Mais côté caractère il n’y a pas photo,  c’est bien le primitif qui domine !

Groupe 6 – Les chiens courants

On trouve également dans ce groupes les chiens de recherche au sang et les races apparentées. Chassant seuls ou en meute, et comme leur nom l’indique, ce sont des chiens … qui courent beaucoup et longtemps après le gibier et/ou toute sorte d’animal qui prends la fuite.  

Si vous ne disposez pas d’un terrain clôturé, inutile d’envisager d’acquérir un chien courant. Dotés d’un flair remarquable,  certains d’entre eux ont une voix puissante qui ne fera certainement pas plaisir à votre voisin. Par contre, comme les autres catégories de chiens de chasse (arrêt, rapporteur, lévriers) les chiens courants sont très dociles et leur éducation est un plaisir.

Groupe 7 – Les chiens d’arrêt

Contrairement aux chiens courants qui se lancent à la poursuite du gibier, les chiens d’arrêt s’immobilisent lorsqu’ils sentent l’émanation émise par un animal, généralement un volatile tapi dans sa cachette.

On trouve dans cette catégorie les épagneuls, les braques, les pointers, les Korthal ou encore les setters. Avec ce groupe 7, il y a moins de risque qu’avec le groupe 6 de voir son chien partir par monts et par vaux.

Groupe 8 – Les chiens rapporteurs

On trouve dans cette catégorie tous les chiens de rapport (comme les Retrievers qui rapportent le gibier à leur maitre) , mais également les chiens leveurs de gibier(comme les Spaniels)  et les chiens d’eau (comme les Barbets).

Dotés d’un caractère très amical, les chiens rapporteurs trouvent de plus en plus de place au foyer et régaleront les enfants par leur capacité à ramener tout objet lancé au fond du jardin (ou au fond du couloir) !

Groupe 9 – Les chiens de compagnie

Encore appelés « chiens d’agrément » par la FCI, ces chiens  du Groupe 9 ont tous la particularité d’être très attachés à l’homme et d’être dénués de la moindre agressivité.  Ils seront donc les compagnons privilégiés des familles constituées de jeunes enfants  ou de seniors.

C’est dans cette catégorie que l’on trouve les bichons, les caniches, les griffons, les Shih Tzu, les Cavalier King Charles, mais également des  molossoïdes  de petites tailles comme le Bouledogue français, le Carlin, ou encore le Boston Terrier

Groupe 10 – Les lévriers

Les lévriers appartiennent à 2 catégories, les éclaireurs (afghans, greyhound,..) spécialisés dans la chasse en meute et les pisteurs (bassets hound, saints-huberts,..) qui pistent le gibier en suivant son odeur.

Sociables envers leurs congénères et envers leurs maîtres, les lévriers sont des êtres sensibles qui demandent à courir fréquemment et si possible sans laisse. Naturellement distant avec les étrangers, leur timidité peut être facilement corrigée par des séances régulières de socialisation.

      

3- FAIRE VOTRE CHOIX EN TENANT COMPTE DE VOTRE BUDGET

Avant de faire votre choix, pensez-bien au budget que vous allez devoir consacrer à votre animal, sachant que vous aurez des dépenses de 2 natures :

  • les coûts d’adoption (coûts fixes),
  • les coûts réguliers (coûts annuels, pendant toute la durée de vie de votre toutou).

Le budget de départ pour accueillir un chien

Le coût d’adoption d’un chien peut aller d’une centaine d’euros (si vous le prenez dans un refuge ou une SPA) à plusieurs milliers d’euros si vous avez fait le choix de l’acheter chez un éleveur avec un pedigree.

A cela vous devrez ajouter le prix d’une puce électronique, de l’ordre de 50€.

Pensez à la stérilisation qui peut aller de 100€ pour un mâle à plus du double pour une femelle.

Coté accessoires, prévoyez une centaine d’euros au minimum pour une laisse, une gamelle et un tapis ou panier confortable. Et si votre toutou doit coucher dans le jardin, une niche sera la bienvenue : prévoir de 100 à 200€ supplémentaires en fonction de sa taille.

Enfin, qu’il soit petit ou gigantesque, ne faites pas l’impasse sur l’éducation de votre toutou. Si vous avez des enfants, pensez-vous qu’il serait judicieux de ne pas les envoyer à l’école ?

En Haute-Garonne, vous trouverez des forfaits éducation canine en individuel à partir de 200 € pour 7 leçons de 3/4 h. Ces coûts sont fixes car vous n’aurez à les payer qu’une seule fois. Si votre toutou est bien éduqué, cela sera pour toujours !

Les dépenses régulières à prévoir pendant toute la durée de sa vie

En 2018, les propriétaires de chiens de l’hexagone ont dépensés 450 euros en moyenne pour les dépenses courantes d’alimentation.  Mais il s’agit d’une dépense moyenne qui sera bien plus importante si vous avez acquis un Saint-Hubert ou autre molosse.

A cela s’ajoute les frais de vaccinations annuels et les traitements contre les parasites (puces, tiques,..) : comptez une centaine d’euros par an minimum !

Enfin, les chiens peuvent tomber malade ou se blesser et avoir besoin de voir un vétérinaire. Certaines races sont plus fragiles que d’autres. Prévoir une petite cagnotte au cas où ou regardez peut-être du coté des mutuelles pour animaux.

J’ai volontairement limité à 3 les critères à prendre en compte pour sélectionner votre chien idéal car ce sont pour moi des éléments essentiels et incontournables. Il existe bien évidemment de très nombreux autres paramètres de sélection dont vous seul pouvez fixer la limite. Je vous invite à faire le test de la Centrale Canine qui, via son site : trouver-un-chiot.fr, permet de sélectionner la race qui correspondra le mieux à vos attentes.


Facebooktwittermail